Les Barban descendent de la Roche d’Aubais

    10/05/2019

Publié par Aquiprint | Catégories : Aquiprint , Nouvelle

Les Barban descendent de la Roche d’Aubais

Ma grand-mère nous disait souvent « Les Barban descendent de la Roche d’Aubais »

Ce sont les premiers mots que j’ai couchés sur une feuille de papier lorsque j’ai décidé d’écrire un livre. 

Ces quelques mots écrits sur du papier d’un blanc immaculé, lui ont fait perdre sa virginité et m’ont simultanément délivré du syndrome de la page blanche. Je me suis mis à l’ouvrage, je me suis lancé dans le vide, sans garde-fous, sans peur du vertige. Mon cerveau est passé en mode rédaction. Un plan sommaire a surgi, des idées force ont été couchées, des dates repères sont venues jalonner le projet de récit, des souvenirs oubliés sont ressortis de mon cerveau, comme un diable sort de sa boîte ; oubliés mais inoubliables ! Pourtant je les ai annotés, de crainte de les oublier… 

Trois autres pages manuscrites m’ont conforté dans l’idée que je pouvais y arriver ; de toutes façons je n’avais pas le choix. Puisque plus personne ne pouvait me raconter notre histoire familiale, je me sentais investi de cette mission de remonter le temps, de retrouver nos ascendants, de les faire revivre, afin qu’ils répondent à toutes les questions que je n’avais jamais posées, car je ne me les étais jusqu’alors jamais posé… 

J’ai investi durant de longues heures, notre grenier et mon bureau ; j’ai tout exploré ; des centaines de livres, lettres, cartes postales, des albums photos, des diplômes, des portes-feuilles, des actes notariaux, des certificats médicaux et même des petits objets souvenirs et des bibelots.

Ma quête a été fructueuse. 

Word a pris le relais de mon écriture illisible… De plus, je ne suis pas un écrivain et je n’ai pas la fluidité d’expression, autorisant de longues et belles phrases, sans ratures, s’écoulant comme l’onde qui épouse les obstacles ou les contourne, pour mieux les dissoudre ou les absorber ; j’avance à tâtons, j’efface, et recommence, jusqu’à ce que le texte me ressemble et soit exprimé avec mes mots, même s’ils appartiennent à d’autres. 

Trois ans plus tard, j’ai terminé le troisième tome de notre histoire familiale, dans lequel je décris mes voyages dans toutes leurs dimensions, terrestres, spirituelles, religieuses ainsi que mes voyages anticipés dans le futur. 

Trois livres d’environ sept cent pages chacun.

J’ai accompli ma mission… 

J’aime feuilleter mes livres, les prendre dans mes mains. Eh oui je les ai lus ! Et je les relis parfois avec le plaisir d’en tourner les pages, comme si je ne connaissais pas la suite... comme si je n’en étais pas l’auteur… 

Je ne peux alors m’empêcher de me remémorer les courts instants de doute, devant ma page blanche, ce jour où tout a démarré. 

Le titre de mes ouvrages « En descendant de la Roche… », trône, comme pour témoigner que les quelques mots de ma grand-mère, que j’avais écrits sur une feuille de papier d’un blanc immaculé, ont été les vecteurs de la réussite de ma mission et les ambassadeurs de l’écriture de notre histoire familiale...

 Je ne les oublierai jamais…  



Bibliographie de 
Bernard Barban

  • En descendant de la Roche, Tome 1
  • En descendant de la Roche, Tome 2
  • En descendant de la Roche, Tome 3
  • 1001 Lettres du Front - lettres écrites par son grand-père depuis le front, Grande guerre 14-18 -

Partager cet article

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered